Le beau XVIe siècle en Bretagne

Mis en avant

Présentation

Les arts de la couleur sont un des domaines de l’histoire de l’art que l’on associe peu à la Bretagne. La province est pourtant riche d’oeuvres conservées et il apparaît nécessaire de construire un projet de recherche global touchant aux différentes techniques (vitrail, peinture murale, enluminure…) sans être enfermée dans un cadre trop restreint, sur le plan de la chronologie ou de la géographie. La région bretonne connaît au XVIe siècle un changement majeur, celui de son rattachement effectif au royaume de France en 1532, qui a été largement étudié par de nombreux historien·ne·s. Pour autant, les histoires de la Bretagne ne se limitent pas, sous la plume d’Alain Croix ou de Joël Cornette, par exemple, à cet événement historique. Une période de prospérité économique touche aussi bien la province que le reste du Royaume et se prolonge bien au-delà de 1532 voire de la fin du XVIe siècle.


L’étude de l’évolution artistique de la Bretagne n’a pourtant pas attiré les spécialistes, si ce n’est quelques études ponctuelles ou très succinctes – et parfois anciennes. Or il est souligné par de nombreux auteur·e·s l’extraordinaire richesse des vitraux bretons du XVIe siècle, avec une période particulièrement féconde s’étendant de 1490 à 1550 . Si le Corpus Vitrearum a livré récemment un volume consacré à la Bretagne, des recherches approfondies et suivies doivent être entreprises sur les différents ensembles de la région, et notamment de la Basse-Bretagne. Ces recherches ne peuvent se faire qu’en prenant en compte les autres productions peintes (lambris, peintures murales). En outre, les dimensions économiques ou encore de réseau et de commandes sont essentielles pour comprendre la production vitrée bas-bretonne du XVIe siècle. Pour cela, une ouverture aux autres régions du Royaume comme de l’Europe sont indispensables (Flandres, Angleterre, Espagne, Italie).
La question des tableaux (sur bois ou toile) se pose évidemment avec force car la production n’en est pas connue. Les raisons de cette lacune sont à explorer elles aussi. Les liens avec les autres productions artistiques (sculpture, architecture, enluminure, gravure) représentent également une piste fertile, qui permet en outre de mieux saisir les relations nouées par les commanditaires et les artistes bretons avec les autres provinces européennes.

La Renaissance en Bretagne : contexte historiographique
La Renaissance en Bretagne, et spécifiquement la Renaissance artistique, n’a été que peu étudiée. André Mussat y a consacré un petit opuscule, publié en 1961, référence obligée, encore aujourd’hui, pour qui se lance dans l’étude de cette période pour la province. Les questions demeurent toutefois nombreuses. L’image d’une Bretagne reculée, imperméable aux « nouveautés » – entendez par là italiennes – a longtemps été développée et, malgré des contrepoints plus ou moins récents, perdure. André Mussat rejetait cette idée dès 1961, tout comme après lui Alain Croix, qui abordait la question en tant qu’historien et nuançait les choses. On associe en effet volontiers l’irruption de motifs italianisants ou encore à l’antique avec la progression d’une Renaissance artistique synonyme de progrès . L’adoption de motifs renaissants est généralement considérée comme très tardive en Bretagne, si ce n’est, à la marge, dans le domaine du vitrail . Or la Bretagne n’a jamais été coupée du reste du monde : dès les époques antérieures, de nombreux voyageurs arrivant de toute l’Europe passent par le duché ou s’y installent . De même, les Bretons voyagent et peuvent être à leur retour des vecteurs de formes nouvelles. L’adoption de traits italianisants ou exogènes est donc un choix tout à fait conscient des commanditaires comme des artistes, dans des contextes bien particuliers. Cette reprise formelle est commune au Royaume de France et pas seulement à la Bretagne, et constitue l’un des traits caractéristiques de la Renaissance française, ainsi que le présentent Henri Zerner et Marc Bayard : « Le dosage particulier des emprunts ont donné à la Renaissance en France une physionomie particulière. ».
Il nous semble pertinent de poser à nouveau la question de la Renaissance artistique bretonne. Si l’on se concentre sur le XVIe siècle, elle est généralement peu abordée par les ouvrages de référence. Henri Zerner ne mentionne par exemple que très peu de cas bretons, de façon assez succincte. En 2010, lors de l’exposition France 1500 au Grand Palais (Paris), aucune notice ni aucun essai du catalogue n’était consacré spécifiquement à la Bretagne.
La Renaissance artistique bretonne a été abordée par des chercheuses ces dernières années mais essentiellement dans le domaine de la sculpture. Ainsi Sophie Duhem en 1997 se penchait sur les sablières du XVe au XVIIe siècle ; plus récemment Emmanuelle Le Seac’h a travaillé sur les sculpteurs de Basse-Bretagne du XVe au XVIIe siècle et Florence Piat a étudié les stalles bretonnes réalisées aux XVe et XVIe siècles. Dans le domaine pictural, Guylaine Le Kernec a consacré son DEA à l’étude des lambris peints (XVIIe-XIXe siècles) et Maud Hamoury a réalisé une thèse sur la peinture religieuse en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles, publiée en 2010. La question picturale reste donc peu abordée pour les périodes précédant le XVIIe siècle, ce qu’un rapide aperçu des sources comme des oeuvres conservées peut suffire à expliquer.
La production vitrée est cependant exceptionnelle dans la Bretagne (et surtout la Basse-Bretagne) du XVIe siècle et mérite une étude attentive et approfondie. En 1979, Roger Barrié consacrait une thèse aux vitraux de Cornouaille, thèse qui fait toujours autorité. Elle a été enrichie par la publication récente du volume du Corpus Vitrearum dédié à la Bretagne et dirigé par Françoise Gatouillat et Michel Hérold.

Un beau XVIe siècle breton ?
Plusieurs questions sont donc soulevées et seront prises en compte dans ce projet de recherche : la définition, si elle est possible, de la Renaissance en Bretagne, et en particulier de la production picturale, quel qu’en soit le support. Les artistes actifs en Bretagne, qu’ils soient originaires de la province ou non, leurs réseaux, leur production, leurs commanditaires sont autant de points à étudier et à mettre en perspective, dans une approche d’histoire sociale de l’art. On pourra compléter cette interrogation par l’examen d’autres domaines artistiques déjà étudiés, comme la sculpture ou l’architecture.
Corollaire de cette question centrale, l’interrogation sur la période dans une perspective large, à la fois historique et historiographique : peut-on parler du « beau XVIe siècle » pour la province comme on en parle pour le Royaume ? Le concept de « beau XVIe siècle », forgé par Emmanuel Le Roy Ladurie dans les années 1960, a été repris à de nombreuses reprises et parfois transformé. Il recouvre une périodisation assez précise, allant de la dernière décennie du XVe siècle aux alentours de 1560 et au début des guerres de religion. Or la Bretagne a été un peu plus épargnée que les autres provinces par les destructions des années 1560-1580. Peut-on – et doit-on – revoir la notion de « beau XVIe siècle » appliquée à la Bretagne en l’étendant chronologiquement jusqu’au XVIIe siècle ? Est-il pertinent de procéder à une périodisation trop précise ? Cette question a déjà été abordée mais mérite une réflexion appliquée à l’histoire de l’art.
Outre la question chronologique, se pose également celle de la géographie. Ce projet s’attachera dans un premier temps aux productions de la Basse-Bretagne, particulièrement riche en vitraux conservés du XVIe siècle, sans exclure des comparaisons et des liens avec la Haute-Bretagne, bien évidemment.

Les vitraux du XVIe siècle en Basse-Bretagne
Comme nous l’avons mentionné plus haut, la Basse-Bretagne conserve un ensemble exceptionnel de vitraux du XVIe siècle, certes hétérogène. Plus de soixante-dix ensembles sont recensés à ce jour. Des liens entre eux et avec des sources flamandes ont été établis et méritent une réflexion et des recherches plus poussées sur les modalités de transmission et de choix de ces modèles. Qu’en est-il des ateliers qui travaillent en Basse-Bretagne ? Le vitrail concentre-t-il, et satisfait-il, la demande en créations peintes ? Quels sont les ateliers qui travaillent dans la région et quels sont les liens entre artistes et ateliers, et entre ateliers et commanditaires ? La réflexion peut être élargie aux exemples hors de Basse-Bretagne, éventuellement. La question des vitraux et des peintres-verriers implique de nombreuses interrogations complémentaires, comme le contexte de commande (funéraire, matrimonial, etc. ; cathédrale, chapelle privée ; fenêtres hautes ou non ; liens avec les autres décors du lieu, qu’ils soient peints, sculptés, architecturés, textiles, etc.), l’organisation du travail et des ateliers, les réseaux de relations entre artistes et contemporains, l’endogamie, les liens de voisinage, etc. Toutes ces questions sont celles abordées depuis plusieurs décennies par l’histoire sociale de l’art .
En outre, étudier les vitraux permet d’éclairer les relations artistiques et commerciales entre la Bretagne et les provinces françaises et européennes du XVIe siècle. L’utilisation de gravures flamandes est déjà documentée mais le contexte de leur arrivée en Bretagne demeure difficile à déterminer. Il faudra, de façon parallèle, interroger le choix de telle ou telle iconographie et donc de tel modèle dans la réalisation d’un vitrail.
Le corollaire de cet axe consacré aux vitraux est l’étude de la production peinte en générale. Les peintures murales et les lambris sont assez bien conservés en Basse-Bretagne et permettront d’établir des correspondances ou des contrepoints avec la production vitrée. La question de la réalisation de panneaux ou de toiles peints se pose alors avec force car leur absence interroge. Quelle est alors la spécificité de la région dans ce domaine ? Les commanditaires délaissent-ils le médium du retable peint, à l’inverse de ce qu’il se passe dans une très large partie de l’Europe ?